22.06 2018
Antoinette Fouque - Site Archives

Antoinette Fouque - Site Archives

Antoinette Fouque soutient les femmes partout dans le monde

Tous les combats pour les droits des femmes ont reçu l'implication d'Antoinette Fouque (Antoinettefouque-archives) il y a plus inconnu que le soldat inconnu : son épouse. C'est la phrase écrite sur une banderole qu'elle agite lors d'une manifestation parisienne du Mouvement de libération des femmes.

Antoinette Fouque, Jacques Lacan et Monique Wittig

C’est en 1972 qu’Antoinette Fouque participe à des débats sur la sexualité féminine sous la houlette de Luce Irigaray, philosophe féministe. Diplômée d’études supérieures de Lettres, la jeune femme a été enseignante. Avec son directeur de thèse Roland Barthes, Antoinette Fouque obtient un DEA. Elle côtoie l’écrivaine Monique Wittig au même moment.

Enfance et jeunesse d’Antoinette Fouque

Antoinette Fouque étudie d'abord dans les Bouches-du-Rhône avant de s'installer à Paris. La Marseillaise est toujours à l'université lorsqu'elle rencontre son époux. Elle prend consience des complications que rencontre une femme lorsqu’elle assume ses statuts de femme et de maman tout en ayant un métier lorsqu'elle devient maman en 1964. Le père d’Antoinette Fouque est un militant syndicaliste.

Ecrivaine et théoricienne

Elle dirige la parution du livre "Le dictionnaire universelle des créatrices", qui rend hommage aux femmes qui ont été écartées injustement de l'Histoire depuis 40 siècles. Antoinette Fouque n'était pas tout à fait sur la même ligne que l'essayiste Simone de Beauvoir et son concept du 2e sexe. Antoinette Fouque imagine le terme "féminologie", puisqu'elle exécre les "-isme" qui réfèrent à une doctrine.